Français

Histoire

Avant l’arrivée des espagnols de nombreuses tribus vivaient dans cette région mais en rapport de la surface concernée (chaque tribu n’ayant que de faibles effectifs), la densité restait très faible, elle est encore aujourd’hui de 3 hab. au km2 alors que l’altiplano est à 25 hab. au km2. Physiquement l’oriente n’à évidemment rien à voir avec les montagnes et l’altiplano et à l’époque des Incas, ces terres étaient étrangères.

La colonisation de l’Amérique du sud a été, dans cette région, une course entre Espagnols et Portugais et les méthodes entre eux étaient différentes ce qui explique le choix des Espagnols de confier l’occupation des terres par les Jésuites ce qui avait pour but, entre autres, de constituer un « bouclier » comme le fait remarquer la géographe Laetitia Perrier-Bruslé. Un historien Bolivien, René Gabriel Moreno, parle de l’expulsion des Jésuites comme "un crime géopolitique" à cause justement de la disparition de ce bouclier face à l’activisme des Portugais, et surtout de leur tristement célèbres "bandeirantes"
 

Les Espagnols après les Andes ont commencé à descendre vers les plaines dans l’espoir d’y trouver de l’or et des trésors Incas. Mais aussi pour étendre l’empire en direction de Rio de la Plata. Leur aventure avait commencé à Lima qui était une vice royauté, alors que les Portugais venaient chercher des esclaves et leur aventure avait commencé à Sao Paulo. L’Espagnol Nuflo de Chaves venait d’Asuncion au Paraguay quand il a fondé la ville de Santa Cruz en 1561. L’exemple type de ce tiraillement est la sujétion des fameuses missions Jésuites, une partie (les Moxos) dépendaient du provincial du Alto Peru, alors que les autres (les Chiquitos) dépendaient du provincial d’Asunción au Paraguay, bien que toutes soient sous le contrôle de l’évêque de Santa Cruz.
En fait cette région centrale éloignée des centres de commandement qui se trouvaient dans les ports de débarquement ou dans l’altiplano riche de ses mines, n’attirait encore que peu de monde : climat chaud et humide, conditions de vie très difficiles, population quasi inexistante.
 
Cette situation a perduré durant de nombreuses années, ce sont le décollage de la production agricole (45% des terres cultivées du pays sont dans le département de Santa Cruz) et la découverte de gisement important d’hydrocarbures (gaz, pétrole) qui ont vraiment donné le signal du développement au milieu du siècle dernier, lentement d’abord puis plus rapidement a partir de 1970. La région est devenu le pôle majeur d’activité du pays. La ville de SantaCruz de la Sierra n’arrête pas "d’exploser" et la région de démontrer sa vitalité. L’histoire de la Bolivie était depuis les premiers jours de la colonisation, puis de l’indépendance, liée à l’altiplano est à ses mines, elle est aujourd’hui en train de favoriser l’Oriente et les "terras bajas". On peut noter également que le tourisme n’a tenu compte, pendant longtemps, que des montagnes et de l’altiplano, mais il est vrai que le plus souvent il venait du Pérou, aujourd’hui l’Oriente commence à intéresser les professionnels et les particuliers.

Conditions de vente - Mentions legales - Liens - Plan du site - contact@labolivie-en-voyages.com - @LaBolivieEnVoyages 2009