Français

Economie et Culture

L’Oriente aujourd’hui est, région dynamique et entreprenante mais encore handicapée par sa géographie. Traditionnellement terres d’élevage, cette région a depuis quelques décades mis en oeuvre une politique agricole extrêmement dynamique, plus récemment la découverte de gisements pétroliers et surtout gaziers, a changé la donne….et réveillé les appétits !.
 
Ces dernières années l’état Bolivien a pris conscience de sa faiblesse et semble vouloir accélérer la mise en route d’un certain nombre de projet. dans cette région sur le plan routier ou télécommunications. Le gouvernement a aussi pris conscience que l’histoire ne s’est pas arrêtée, les Brésiliens ont repris « la marche vers les Andes » et entrepris une insidieuse conquête de l’oriente Bolivien, économiquement s’entend, et il lui fallait réagir. Dans les années 50 la colonisation de l’Oriente a commencé avec des Japonais venus du Pérou en1956, puis il y a eu l’installation des Mnemonites en 1962 et enfin celle des paysans andins à partir de 1970.
 

JPEG - 20.8 ko
Elevage dans les plaines orientales

Terre longtemps laissée pour compte, elle se réveillait ponctuellement au gré d’une activité lucrative spécifique : boom du Quinquina (1830 – 1880), boom du caoutchouc ou « ruta de la goma » en 1880 -1912 puis lors de la seconde guerre mondiale, boom des hydro carbures (1935 - aujourd’hui), « boom » de l’agriculture (1952 – aujourd’hui), mais aussi plus récemment malheureusement narcotrafic, etc.….Des routes étaient créées pour l’occasion mais retombaient dans l’oubli dès la fin du boom qui l’avait motivé. Pour mémoire aujourd’hui encore les cartes de l’Oriente sont inexactes car des pistes, parfois importantes, sont créées par les entreprises forestières (nouveau boom), alors que d’autres datant d’un « boom » précédent ont disparues mais restent indiquées sur les cartes.
 

JPEG - 13.9 ko
Industrie pétrolière dans l’Oriente

On peut affirmer sans risque qu’actuellement pour l’oriente tout commence, mais cette affirmation est récurrente depuis les 1er jours de l’indépendance. Quoiqu’il en soit, idéalement situe au carrefour des routes panaméricaine (axe N/S) et bio océanique (axe E/W), cette région apparaît de plus en plus comme l’avenir de ce pays, reste à réussir l’intégration avec le « noyau historique » andin.
 
Les habitants de cette région, appelés "cambas", sont très individualistes, mais chaleureux et expansifs, ils sont accueillants. La culture n’a pas d’antériorité affirmé comme dans l’altiplano, c’est un mélange de racines européennes et indigènes. Par contre la solide culture musicale doit tout aux missionnaires Jésuites, ainsi que bon nombres d’activités.

Conditions de vente - Mentions legales - Liens - Plan du site - contact@labolivie-en-voyages.com - @LaBolivieEnVoyages 2009